Choisir la meilleure solution de financement pour votre flotte

#Gestion-de-flotte - 05/07/2017

Achat comptant ou à crédit, crédit-bail ou LLD… Les modes de financement d’un parc automobile sont nombreux. Fleet Solutions Volkswagen Group vous aide à faire le point sur les avantages et les inconvénients de chaque solution.

Les flottes d’entreprise véhiculent l’image d’une société à l’extérieur de ses locaux et surtout auprès de ses clients. Il est donc essentiel qu’elles aient bonne allure. Ces contraintes prêchent donc en faveur d’un renouvellement régulier et d’un entretien soigné, le tout en maintenant les dépenses au plus juste. L’automobile n’étant pas le cœur de métier de nombre d’entreprises, il convient aussi que la gestion de cet outil soit la plus fluide et la plus simple possible.

 

L’achat au comptant : une gestion « en bon père de famille »

C’est l’apanage des TPE et au fur à mesure qu’augmente le nombre de salariés, ce mode d’acquisition se raréfie. Outre le fait qu’il grève ponctuellement la trésorerie et les capacités d’investissement utiles à l’entreprise, il lui laisse la charge intégrale de ce poste. Achat, entretien, gestion des pannes et du véhicule de remplacement, aléas (accidents) et revente. En outre et selon le nombre de véhicules achetés, les marges de négociation sont faibles et les coûts élevés. Beaucoup d’occupation pour un sujet annexe qui se représentera à chaque renouvellement. On comprend que les grandes entreprises, qui ont pour règle une répartition méthodique du travail, abandonnent ce poste au profit d’une sous-traitance à des spécialistes, via la LLD.

L’achat à crédit : des contraintes similaires

C’est une variante du cas précédent, qui offre l’avantage de ne pas mobiliser la trésorerie de l’entreprise et permet leur affectation ailleurs. A contrario, l’endettement augmente et les capacités d’emprunt s’en trouvent réduites. Pour le reste, les inconvénients sont les mêmes que pour un achat comptant.

Crédit-bail : une vision patrimoniale

Avec le crédit-bail, vous n’êtes plus propriétaire, mais locataire d’un véhicule pour une durée déterminée. L’entretien et l’assurance notamment sont des services optionnels qui peuvent vous être proposés. Au terme du contrat, vous pouvez racheter, ou pas, le véhicule, pour une valeur fixée à l’avance. A terme échu, si vous restituez le véhicule, vous pourrez avoir des frais de remise en état ou de sur-kilométrage.

L’avis de Fleet Solutions Volkswagen Group : C’est une solution intéressante pour les artisans qui transforment un véhicule utilitaire pour l’adapter à leur usage et vont donc le garder longtemps, ou pour ceux qui n’ont pas encore de retour d’expérience sur les kilométrages annuels. Cependant, elle mobilise davantage la trésorerie de l’entreprise que la LLD (voir ci-dessous). Elle convient davantage aux sociétés qui ont une vision patrimoniale de leur parc de véhicules et ne raisonnent pas qu’en termes de fourniture d’une solution de mobilité.

LLD : l’option « plug & play »

Avec la Location Longue Durée (LLD), vous ne payez que l’usage du véhicule et pouvez sous-traiter l’intégralité de la gestion de votre flotte au profit d’une solution « clés en main ». Ainsi, vous n’avez plus le souci de la gestion et de l’entretien de votre parc automobile. Les charges seront déductibles, dans votre comptabilité. Entretien, pannes, assistance, véhicule de remplacement, etc. Tout est pris en charge par le loueur, parfois avec des options. De plus, comme il gère des volumes de véhicules importants, le loueur est en capacité de proposer des tarifs auxquels vous n’auriez pas accès. Il peut même prendre en charge les pneumatiques et toutes les pièces d’usure. Le tarif de location dépend du kilométrage effectué et il prend en compte la valeur résiduelle du véhicule. Un détail qui compte et qui permet d’utiliser des véhicules plus haut de gamme à moindres frais, car ils bénéficient d’une forte valeur résiduelle.

L’avis de Fleet Solutions Volkswagen Group : C’est la solution la plus avantageuse en termes de coût. Elle est donc privilégiée par les grandes entreprises qui maîtrisent bien l’utilisation de leurs véhicules et les kilométrages annuels et qui renouvellent régulièrement leurs flottes.

 

Repères

Fleet Solutions Volkswagen Group enregistre une progression régulière de 5 à 6 % de mise à la route ces dernières années. Sur la totalité des véhicules commercialisés, 77 % sont en LLD et 23 % en crédit-bail, avec une forte proportion de véhicules utilitaires en crédit-bail.

 

Fiscalité

Du nouveau pour les amortissements

Dans le cas d’un achat à crédit classique, d’un crédit-bail ou d’une LLD de véhicule de tourisme, les amortissements sont déductibles.

Le système de déduction des amortissements sera durci progressivement pour les véhicules les plus émetteurs de CO2. Un plafond de 9 900 euros s’appliquera en effet aux véhicules émettant plus de 150 grammes de CO2 par kilomètre en 2018, 145 grammes en 2019, 135 grammes en 2020 et 130 grammes à compter de 2021. A contrario, pour les véhicules émettant moins de 20 grammes de CO2, immatriculés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2017, le plafond atteint 30 000 euros. Il est de 20 300 euros entre 20 et 60 g de CO2/km (véhicules hybrides rechargeables) et passe à 18 300 € pour les véhicules émettant entre 60 et 155 grammes. Au-delà de 155 g, il est de 9 900 euros en 2017.

 

Repères

10 Bonnes raisons de préférer la LLD

  1. Vous ne payez pas un véhicule, mais seulement son utilisation réelle.
  2. Vous ne supportez pas les risques liés à sa dépréciation.
  3. Les services associés (garantie, assistance, maintenance, véhicule de remplacement…) vous garantissent une disponibilité à 100 %.
  4. Vous choisissez librement votre modèle (coloris, motorisations, équipements, finitions, options).
  5. Grâce à un loyer unique et déterminé tout au long du contrat, vous maîtrisez parfaitement votre budget automobile.
  6. En évitant l’immobilisation de capitaux non productifs, vous préservez la capacité d’investissement de l’entreprise. Les loyers sont inscrits dans le compte de résultat et sont déductibles fiscalement dans la limite des amortissements non déductibles.
  7. L’analyse détaillée du prix de revient kilométrique (PRK) montre un avantage de 10 à 25 % en faveur de la LLD par rapport à une solution d’achat conventionnelle.
  8. Financement à 100 %.
  9. Vous choisissez librement tous les paramètres du contrat.
  10. L’entreprise ou un employé peuvent tout de même racheter le véhicule au prix de marché en fin de contrat.

 

Des produits de financement pour des besoins différents

Type de financement
Modalité de paiement
Intérêts
Comptabilité
Crédit classique
Mensualité
Charges financières
Inscription au bilan
• Le plus souple
• Propriétaire
• Coût d’usage difficile à budgéter
Crédit-bail
Loyer – charges d’exploitation
Inclus dans les loyers
Engagement hors bilan
• Outil fiscal
• Possibilité de devenir propriétaire
LLD
Loyer – charges d’exploitation
Inclus dans les loyers
Pas d’inscription au bilan
• Budgétisation des coûts
• Pas de risque à la revente
• Renégociable

 

Le match : crédit-bail VS LLD

LLD : elle s’adresse en priorité aux entreprises qui cherchent à lisser la dépense sur une durée. Celles-ci connaissent les habitudes de leurs utilisateurs, utilisent des véhicules facilement revendables et sont soucieuses de l’image véhiculée par leur parc…

Crédit-bail : le choix de cette solution répond à une utilisation moins liée à un kilométrage. L’utilisation peut être « destructrice », on garde donc le véhicule le plus longtemps possible… Il n’y a pas de frais de remise en état à la fin du crédit-bail et surtout, il est envisageable de le racheter. Sans oublier la possibilité de majorer le premier loyer et d’en tirer un avantage fiscal, ce qui représente souvent un argument pour les comptables des professions libérales.

 

Notre comparatif sur la base d’un véhicule utilitaire (sans conditions spéciales)

Avec prestations de maintenance (48 mois/120 000 km), de véhicule de remplacement, assurance perte financière…

Par rapport à une base 100 % prix catalogue :

  • Coût du crédit-bail après la levée de l’option d’achat : 97,84 % du prix catalogue. Le client devient propriétaire à ce moment et n’a pas de frais supplémentaires.
  • Coût de la LLD : 66,32 % du prix catalogue mais pas de possibilité de racheter le véhicule. Il faut éventuellement régler les kilomètres excédentaires (au-dessus des franchises et tolérances) et les dégâts causés sur le véhicule, abstraction faite des dégradations provoquées par une usure normale sur la durée et le kilométrage (notion d’abattement qui tient compte de l’âge et du kilométrage du véhicule).

Dans les deux cas, le locataire doit remettre en état un véhicule qui pourrait être dangereux (par exemple, des pièces de carrosserie saillantes). Par conséquent, un crédit-bail ne signifie pars : « Je n’ai pas à soigner mon véhicule… »

Conclusion : c’est l’utilisation qui est déterminante dans le choix de la solution retenue. Au final, il est difficile de faire la différence sur le prix des loyers ! En revanche, en crédit-bail, de bonnes valeurs de revente en véhicule d’occasion sont un atout pour les Marques de Volkswagen Group France…

 

Découvrez :


Ces contenus peuvent également vous plaire :

07/10/2021

GESTIONNAIRE DE FLOTTE, UN METIER QUI EVOLUE A VITESSE GRAND V

On distinguait auparavant deux profils de gestionnaires de flottes, selon les besoins des organisations. L’un à dominance administrative optimisait […]

Lire la suite

23/09/2021

FIT FOR 55 : 12 PROPOSITIONS QUI IMPACTENT LA GESTION DE FLOTTES

Le paquet “Fit for 55” qui vise une pollution zéro dans l’Union Européenne à horizon 2050 a été adopté […]

Lire la suite

03/09/2021

Le leasing auto se porte bien : faut-il franchir le pas ?

Le leasing fait de plus en plus d’adeptes en France. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : En 2020, 45 % des […]

Lire la suite