Tablette projetant un graphique

L’évolution du métier de gestionnaire de parc automobile

#Gestion-de-flotte - 12/04/2018

Le gestionnaire de parc joue un rôle clé, que ce soit pour l’entreprise, les conducteurs ou les constructeurs automobiles. Véritable plaque tournante, il supervise l’ensemble de la gestion de parc. Comment ce métier évolue-t-il ?

Gestionnaire de parc, un métier en mutation

Le métier de gestionnaire de parc tel qu’on le connaissait a considérablement évolué. Aujourd’hui, il n’est plus uniquement question de gestion de maintenances et de renouvellement de véhicules : il s’agit d’avoir une vision d’ensemble de la flotte en optimisant les coûts, en supervisant le comportement des usagers et ainsi d’optimiser la productivité et l’efficience de l’entreprise. Alors que la digitalisation prend de plus en plus d’ampleur dans la gestion des parcs, comment le métier de responsable de flotte évolue-t-il et quels sont ses enjeux ?

 

Gestionnaire de parc, un rôle central

Le gestionnaire de parc peut être considéré comme l’interface entre l’entreprise ou la collectivité et les conducteurs. Il est chargé de conseiller les usagers, de mettre à disposition les moyens nécessaires pour répondre à leurs attentes, de mettre en place des mesures préventives (sécurité routière) et correctives, etc. C’est également au gestionnaire de parc de gérer le service d’exploitation. Il supervise le renouvellement des véhicules, l’entretien (opérations de réparation, visites techniques…), le suivi budgétaire, la mise à jour des documents et des procédures internes liées aux véhicules de fonctions, aux services, etc.

Le responsable doit aussi respecter les procédures, les réglementations sociales ou encore les normes de sécurité. Le tout en garantissant l’optimisation du parc et donc du TCO pour son entreprise (Coût Total de Possession) !

 

Comment devient-on gestionnaire de parc ?

Auparavant, la plupart des gestionnaires de parc étaient uniquement issus de formations en maintenance automobile. Entretien périodique, remplacement des pièces d’usure, intervention sur les circuits de climatisation automobile… Les connaissances théoriques et autres compétences étaient essentiellement axées sur l’aspect technique.

Aujourd’hui, il existe plusieurs formations spécifiques répondant aux besoins actuels des entreprises et dispensées par des organismes professionnels ou par l’Institut du Management des Véhicules d’Entreprise. Elles permettent de compléter et d’approfondir le savoir-faire acquis en formation classique et/ou au quotidien lors de la gestion du parc :

  • « Optimisation de la gestion du parc pour diminuer les coûts » : calcul et amélioration du TCO du parc, intégration d’une politique de développement durable dans le développement de la flotte, choix des prestataires, etc.
  • « Optimisation de l’achat et de la gestion d’une flotte d’entreprise » : responsabiliser les collaborateurs, construire un reporting adapté, maîtriser l’ensemble des coûts générés, choisir un outil de gestion, formaliser les conditions d’achat, etc.
  • « Amélioration de la gestion de la maintenance d’un parc automobile » : réduire les coûts de maintenance, approfondir la lecture de devis d’entretien, etc.
  • « Eco-conduite et management » : changer les habitudes de conduite des usagers, sensibiliser sur les risques routiers, mieux comprendre le comportement des collaborateurs, etc.
  • « Achat et négociation » : acquérir une vision synthétique des contrats et des services proposés, comprendre les aspects financiers et fiscaux de la location longue durée, négocier le contrat le mieux adapté, sa durée etc.

 

Un changement lié à l’évolution du métier

De nouveaux enjeux ont fait leur apparition dans la gestion des parcs, et ce dans plusieurs domaines :

 

  • Le développement durable : une prise de conscience s’opère depuis quelques années dans les entreprises. L’objectif est environnemental mais aussi économique : l’autopartage et la sensibilisation des collaborateurs à la conduite éco-citoyenne via des formations sont des solutions.
  • L’environnement juridique : des nouvelles problématiques telles que le covoiturage avec une voiture de fonction ou la protection des données dans le cadre de l’utilisation de la télématique et/ou de la géolocalisation entrent en jeu. Aux gestionnaires de parc d’exploiter les données tout en respectant la RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) !
  • La gestion de la formation des conducteurs.
  • La mobilité multimodale.
  • La gestion informatique et les systèmes d’informations spécialisés.

 

De nouvelles compétences recherchées par les recruteurs

Un responsable de flotte est essentiel à l’entreprise : en plus de faciliter le quotidien des usagers, il   permet de faire de réelles économies ! Le tout en gérant les impondérables (sinistres, amendes…) et en maîtrisant les réglementations. Justement, la profession de gestionnaire de parc gagnant en polyvalence, les recruteurs recherchent de nouvelles compétences : veille sectorielle, maîtrise des outils de gestion et de supervision, capacité de négociation, connaissance de la fiscalité automobile et de la protection des données… Des soft skills (qualités humaines et relationnelles) sont aussi les bienvenues : capacité d’adaptation et d’analyse, réactivité, communication, etc.

 

 

TCO : coût total d’un bien tout au long de son cycle de vie.

RGPD : texte de référence européen qui entre en vigueur le 25 mai 2018.

Soft skills, aussi appelées compétences comportementales ou aptitudes personnelles.

Découvrez :


Ces contenus peuvent également vous plaire :

ID.4 GTX electrique

10/06/2021

De 0 à 100 km/h en 6,2 secondes : l’ID.4 GTX entre en piste

Ca y est, la famille ID accueille sa première sportive. Une Volkswagen ID.4 à la motorisation pimentée pour les […]

Lire la suite

18/05/2021

véhicule électrique : quel coût de recharge ? quel budget mensuel moyen faut-il prévoir ?

Vous envisagez d’acquérir un ou plusieurs véhicules électriques pour votre parc automobile ? S’il n’y a pas d’essence ou de […]

Lire la suite

12/05/2021

Sécurité routière et tout numérique : les pouvoirs publics contre-attaquent

Devant la recrudescence des technologies d’aide à la conduite permettant aussi de signaler les dispositifs de contrôles routiers, les […]

Lire la suite