Sécurité routière et tout numérique : les pouvoirs publics contre-attaquent

Découvrez comment la sécurité routière s’adapte à l’ère du tout numérique

Devant la recrudescence des technologies d’aide à la conduite permettant aussi de signaler les dispositifs de contrôles routiers, les pouvoirs publics ont décidé de contre-attaquer. Deux mesures adoptées récemment prouvent une volonté marquée de s’adapter à cet environnement « tout numérique ».

L’interdiction de signaler les contrôles routiers se précise

Applications de guidage, terminaux collaboratifs… Il existe de nombreux moyens d’échanger avec les autres usagers sur la présence d’un contrôle de police ou de gendarmerie.

Une première restriction de ces dispositifs avait vu le jour, qui interdisait de révéler la localisation exacte d’un point de contrôle. Une mesure rapidement contournée par les opérateurs de ces solutions grâce aux fameuses « zones de contrôles » ou « zones de danger ».

Un décret daté du 20 avril 2021 vient à nouveau contraindre les opérateurs. S’ils communiquent à leurs usagers un barrage pour contrôle d’alcoolémie ou de stupéfiants dans les 2 heures suivant sa mise en place, ils s’exposent à 30 000€ d’amende.

Ce décret entrera en vigueur dès novembre 2021, mais il ne couvre pas les contrôles pour excès de vitesse. Un aspect sur lequel les pouvoirs publics ont pourtant également décidé de sévir…

De nouveaux véhicules radar sur les routes de France

Les voitures-radar ne sont pas un phénomène nouveau en France. Depuis 2018, la plupart des régions avaient suivi l’exemple de la Normandie et adopté cette stratégie pour lutter contre les excès de vitesse.

Au début de l’année 2021, il y avait 385 véhicules équipés de radar sur les routes de France. Ils sont bien plus difficile à signaler aux autres usagers de manière fiable ou exploitable, et étaient à l’origine d’environ 9% des contraventions pour dépassement de la vitesse autorisée.

Preuve que le gouvernement veut intensifier sa lutte et moderniser ses outils, il a récemment communiqué sur la mise en circulation de 140 véhicules-radar supplémentaires d’ici la fin d’année 2021. De quoi quadriller le réseau routier d’encore plus près.

Pour des raisons techniques ou législatives, les pouvoirs publics doivent constamment s’adapter aux nouvelles pratiques numériques des usagers de la route. Tout semble indiquer cependant qu’ils n’ont pas l’intention d’abdiquer.

 

Découvrez :


Ces contenus peuvent également vous plaire :

ID.4 GTX electrique

10/06/2021

De 0 à 100 km/h en 6,2 secondes : l’ID.4 GTX entre en piste

Ca y est, la famille ID accueille sa première sportive. Une Volkswagen ID.4 à la motorisation pimentée pour les […]

Lire la suite

18/05/2021

véhicule électrique : quel coût de recharge ? quel budget mensuel moyen faut-il prévoir ?

Vous envisagez d’acquérir un ou plusieurs véhicules électriques pour votre parc automobile ? S’il n’y a pas d’essence ou de […]

Lire la suite

12/05/2021

Sécurité routière et tout numérique : les pouvoirs publics contre-attaquent

Devant la recrudescence des technologies d’aide à la conduite permettant aussi de signaler les dispositifs de contrôles routiers, les […]

Lire la suite